Hellfest 2017 Report 1/2 – Repost

Jeudi 15 Juin 

Après un trajet sans encombre, une arrivée assez tôt en terre Clissonnaise, un passage obligé par un Leclerc décoré aux ambiances métal (concert sur le parking, rayon d’alcool plus remplit et diversifié qu’à l’accoutumé, ainsi que le personnel, devenu métalleux pour un week end)  un soleil déjà présent (grosse tête d’affiche de cette année) et l’attente pour se retrouver enfin à la « maison »… Cette édition 2017 du Hellfest pouvait commencer.

« Le Hellfest, c’est un marathon » Ce sont les paroles que j’ai tenté de transmettre à un ami venu passer son premier festival en enfer. Bon, il est vrai que j’ai attendu un peu tard dans la nuit de jeudi pour lui rappeler ce précepte et du coup, vendredi matin… Le mal était fait. 

De mon côté, cette troisième édition, marque aussi la première avec accréditation presse, j’allais donc être monsieur raisonnable. Couché à 2h30,  presque pas alcoolisé (je vous laisse libre juge de mon état). 

 

Vendredi 16 Juin

Vendredi, 6h30, une sonnerie de portable venu d’un autre temps me tira de mon sommeil, ce n’était pas réellement d’un autre temps mais plutôt d’un autre sac que le mien, celui de ma colocataire de tipi. Et quelque part se réveiller tôt à beaucoup d’avantage, du temps pour se préparer, revoir sa liste de concert, checker son matos photo, prendre son petit déj, patienter que tes autres co-tipieur se réveille et soit prêt à leur tour. Cette année et c’est une grande première nous seront à l’heure au premier concert !!! 

V.I.P Zone

Avec mon accréditation, récupéré la veille à mon arrivés, j’ai accès via l’entrée VIP/Presse. D’ailleurs, tout l’espace à été refait et c’est tout simplement magnifique… Un espace presse, équipé d’une vingtaine de poste tous connecté à internet (avec une très très bonne connexion), une terrasse couverte, une piscine, et un bar décoré dans un style que j’appellerais ossementeux. Des lustres fait avec des os justement remplissent à merveilles l’équilibre entre classe et métal. 

V.I.P Zone

De la part de mes collègues, entrée par la cathédrale, il y a aussi du nouveau, finit les files d’attente, l’accès à été fluidifié au maximum. Chapeau l’orga, c’était un point noir de l’édition passé qui m’avait fait manqué pas mal de concert surtout dans le début de journée. 

10h15 arrivé sur le site et déjà le merch est prit d’assaut. Je devrais attendre quelques heures pour récupérer un T-shirt, preuve moi aussi de mon appartenance à cette édition 2017, ainsi qu’un sweet… Et un mug… Et des patchs… Et…. C’est déjà l’heure d’Inglorious

Inglorious / Main Stage

L’entrée pour le Pitt Photo, est  à droite de la Main Stage 1, Ok. Et ça sera l’entrée pour les 2 Main Stage. Cette précision est essentiel pour plus tard.

On fait la queue, tout photographe que nous sommes. Peu de monde en ce vendredi matin, mais je ne suis pas dupe ils ne sont juste pas encore arrivé certains ayant trop profité du Jeudi soir, ou alors juste des gens qui ne sont pas du matin, ça arrive, j’en connais. Je commence donc ce festival par Inglorious groupe anglais qui a pour particularité d’avoir comme chanteur un ancien candidat de The voice et d’avoir chanté avec le Trans-Siberian Orchestra J’aurais bien ajouté qu’il avait l’air d’avoir bien mangé entre la sortie de ces déjà deux albums mais on a dit, pas le physique ni les mères. Alors pas de commentaire sur sa prise de poids. Surtout que musicalement les mecs sont là…

Inglorious / Main Stage

Leurs rock 70’s fait complètement le taf, c’est efficace, carré ils ont l’air d’être très content d’être là, un peu comme nous. Une chanson plus tard, je sors du pitt photo pour foncer direct à l’espace presse, je sélectionne une photo, je la publie sur ma page et je repars pour le concert suivant… Et sur le chemin entre l’espace VIP et la main stage, je souffle déjà. Je me rappelle que c’est un marathon. Les autres photos attendront un peu avant publication. 

Sidilarsen / Main Stage

Second Concert Sidilarsen. Cocorico, comme dirait deux animateurs d’un certain podcast, la france représenté en Main Stage c’est toujours un plaisir, même tôt le matin (oui à clisson au mois de Juin 11h00 c’est tôt !!!) Le temps d’une chanson, je shoot tout ce que je peux…
J’ai commencé les concerts sur des petits festivals, ou il n’y avait pas de limite de chansons ou de temps pour faire les photos. Ensuite j’ai appris la règle des trois chansons qui s’avèrent être au début une contrainte, puis finalement suffisant pour arriver à sortir de bons clichés. Ici c’est une chanson.. Une seule chanson pour faire ces preuves. Et sur ce concert c’est passé très vite…

Sidilarsen / Main Stage

Je pars déjà en route du prochain…
Sur ma liste, il y a des groupes que j’avais décidé de ne pas aller voir. Pas mon style, pas ce que j’aime écouter, incompatibilité musicale. Sick of stupidity en est le parfait exemple, Je ne comprends rien au Grindcore. Pourquoi, étant souvent le mot qui revient dés que j’en écoute, pourquoi si court, pourquoi tant de colère, pourquoi tant d’inaudibilité (mot très difficile à prononcé rapidement) bref je ne comprends rien au Grindcore. Du coup, je n’avais pas prévu d’aller voir ce groupe. Et pourtant je suis devant la scène d’Altar à faire la queue avec mes confrères photographes (peu nombreux) pour assister à ma première expérience Grindcore.

Sick of Stupidity / Altar

Et quelle claque… Alors attention, ne me faites pas dire que je n’ai pas encore écrit. Oui, j’ai pris une claque mais déjà c’est la musique qui veut ça… Je ne pense pas qu’un jour, j’achèterais un cd de grindcore mais en concert c’est hyper efficace, le côté rentre dedans fonctionne hyper bien, j’avoue ne pas avoir regardé la taille du public parce que j’ai été captivé par cette énergie… Je ne sais même pas si je comprends mieux ce style musicale mais j’ai compris que si les morceaux étaient si court c’est pour pouvoir souffler entre deux morceaux tellement les mecs donnent tout ce qu’ils peuvent pendant ces 30-40 secondes que peut durer un titre. D’ailleurs j’ai pu shooté pendant un peu plus longtemps qu’une chanson. Mais je ne saurais dire pendant combien de temps.

Sick of Stupidity / Altar

Je sors content, c’était une première fois et on se souvient toujours de ces première fois avec nostalgie… Pas le temps de réfléchir et je me dirige direct vers la WarZone, je croise un pote qui fait la queue pour le merch, son courage me sidère, surtout qu’il voulait voir le concert qui va démarrer. Booze & Glory groupe skinhead (dans le bon sens du terme) londoniens vient nous faire passer un bon moment, une énergie clairement communicative ce qui me donne assez de courage pour aller tenter un premier passage au merch.

Booze & Glory / Warzone

Il me faut une casquette !!! Tout en appréciant Textures de loin. Je suis un peu dégoutté, aujourd’hui, parce que j’avais oublié sur le moment que c’était la tournée pré-séparation du groupe et surement ma dernière chance de pouvoir les voir en live. Encore plus aprés avoir écouté même de loin ce que le groupe pouvait donner. Sans être un gros fan de prog, je me dois de reconnaitre que je regrette vraiment de pas avoir fait le choix de ce concert. Surtout que j’ai laissé tombé le merch, voyant que les minutes ne cessaient d’avancer tandis que moi, je n’avancé pas d’un centimètre. Accessoirement les amis venues attendre avec moi m’ont décidé de bouger en me proposant une bière. Il y a des moments dans la vie ou la volonté n’est clairement pas un allié qui t’accompagne. 

Leftover Crack

13h20, direction la Warzone, Leftover Crack va commencer et je l’ai souligné en bleu sur ma liste, c’est donc un groupe découvert à la préparation de ce fest. Comme un mec déjà rodé, cinquième concert ou je vais patienter du côté Pit photo. la Warzone étant de plus une scène vraiment agréable pour shooter, de la place, un bon recul pour la scène. Franchement toutes les conditions sont réunis… Malheureusement pour moi le groupe en live n’est pas à la hauteur de ce que j’attendais. Je ne sais pas trop à quoi cela est du mais ce que j’ai aimé sur écoute numérique. Dire qu’avant on disait, ce que j’ai aimé sur cd. Ou alors il faudrait que j’ai un cd du groupe pour pouvoir le dire. Bon, je m’adapte… Ce que j’ai aimé sur spotify ne s’avère pas être grandiose sur scène. Pourtant du Ska / Punk ça doit bouger à mort normalement…

Leftover Crack / Warzone

Je sors du concert déçu, je retrouve mon pote, lui aussi déçu. Ca a toujours quelque chose de rassurant d’être du même avis que quelqu’un. Surtout quand disons le, le reste du public à l’air de passer un plutôt bon moment. On décide d’aller se remonter le moral en prenant un snack aprés tout 14h c’est une bonne heure pour manger. Et n’est-ce pas la joie d’un festival que de pouvoir manger et boire en appréciant des concerts tout autour de soi. Du coup, c’est la Main stage 2 qu’on regardera de loin tandis que le chanteur d’Evergrey bien en sueur, sur l’écran géant, à quand même un sourire de dingue… Très bon ce burger au poivre, très sympa ce concert d’evergrey, même si le son est trop fort, et ce ressentiment reviendra beaucoup dans la journée. Mais il est déjà temps d’aller se placer pour le concert d’Avatar.

Et j’ai bien fait d’arriver assez tôt parce qu’il y a déjà une longue file de photographe venu pour shooter le groupe. Je pense qu’on peut clairement mesurer la popularité d’un groupe aux nombres de photographes qui se déplace. Et là, Avatar est devenu très populaire. J’étais tombé sur le groupe au download festival l’année dernière, j’avais raté le Pit photo mais j’étais resté sur toute la fin du concert tellement j’avais trouvé le mélangé freakshow autant efficace musicalement que le show sur scène. Et cette année, ils ont resservit le même show…
C’est très efficace, le choix des chansons est plutôt réussit et sur scène le groupe se donne toujours autant. Le public est en feu… Littéralement. Pas seulement à cause du groupe, mais le soleil, l’invité surprise, celui venu pour mettre l’ambiance, qui n’a pas attendu le moindre rappel pour se présenter devant nous, et bien le soleil, lui, est venu bruler tout le monde. C’est là que les lance à eaux venu rafraichir le public étaient les bienvenus. C’était un super début de concert. Je n’ai pas pu rester au dela de la troisième / quatrième chanson, car à l’autre bout du festival le concert de Tyr avait déjà commencé et… Je ne vous ai pas parlé de Tyr

Avatar / Main Stage

Raaaaaaaah mais Tyr c’est ma révélation de ce hellfest 2017. Enfin avant de venir. Je ne connaissais pas le groupe il y a quelques mois et en écoutant une playlist des groupes à l’affiche cette année, un groupe a retenu tout particulièrement mon attention, c’est Tyr. D’abord, parce que ce n’est pas forcement le style de métal que j’écoute et sans comprendre vraiment pourquoi là, j’ai adoré direct, ensuite, parce que j’ai commencé à tout écouté. En boucle.  Plusieurs fois et j’ai même acheté un cd dans la foulé et j’ai scandé le nom du groupe à tous les gens que je croisés. Ce qui m’a valu quelques réactions assez surprenantes parfois. D’ailleurs ma boulangère ne connait pas le groupe, mon facteur s’en fout et mes voisins en ont marre. J’ai même scandé partout dans ma maison que ça serait le cd écouté sur la route des vacances et en dehors de mon fils assez fan de ce que j’écoute, je dois reconnaitre que je n’ai pas éveillé chez mes interlocuteurs le retour que j’attendais.

 

Bref Tyr, c’est le groupe que j’ai découvert et que j’ai eu le plus peur de voir en live pour cette édition. Parce qu’aujourd’hui en 2017 il y a moyen de découvrir tout ce qu’on veut sur un groupe, écouter tous les albums et même voir des concerts sur youtube avec une meilleurs visibilité qu’en étant sur place avec un ou deux grands metalleux aux cheveux longs qui te cachent / gachent la vue. Donc, c’est vrai que j’avais été me faire un premier avis sur le groupe en live via ces plate formes de video. Et là, ce fut un peu la douche froide. Car ce que j’avais aimé sur Cd (là je peux le dire) je le retrouvais à l’identique en live. Il n’y avait pas la petite étincellele d’énergie qu’est censé apporter le concert, des musiciens plutôt statiques, un petit manque de vie, bref j’avais peur…
Mais la peur, n’empêche pas le danger. J’ai pu mesurer la popularité de Tyr n’ont pas à sa file de photographe mais au nombre de personnes présente sous la Temple… C’est par le côté gauche d’Altar que j’ai réussi a trouver un coin pas trop remplit de chevelu et que j’ai pu me placer et apprécier le concert, j’étais un peu loin, j’étais un peu sur le côté mais quand on aime… Et franchement c’était top, le chanteur bien que statique assure, le guitariste et le bassiste alterne régulièrement leurs places pour donné du mouvement mais surtout la musique… La musique quoi !!! Leurs morceaux suffisent à faire le reste… Super concert, super public qui a su faire raisonner la majorité des titres. Je note sur ma « To-do » liste « Aller au Iles Féroé » et je pars vers de nouvelles aventures musicales.

Tyr / Temple

16h00, l’heure du gouter ou du concert de Helmet, il y a deux écoles. Bon la Valley est blindé, je reste deux minutes à regarder le concert à distance d’un écran. J’ai des souvenirs d’Helmet lié à l’adolescence, comme étant un groupe qui a toujours était présent dans mon paysage musicale sans pour autant avoir fait partie des élus qui pouvaient passer sur ma chaine hifi, voir le must être sur une compile que j’aurais mise sur mon walkman à cassette.

Zone V.I.P

Un peu moins de monde, juste de quoi rentrer sous la tente et j’aurais surement fait l’effort d’aller écouter un peu plus longtemps, mais là je passe mon tour. Je profite d’être à proximité du coin Presse/VIP pour aller mettre mon téléphone à recharger, sélectionner quelques photos que j’envois directement sur la toile, profité du coin Vip et récupérer mon tel qui a chargé d’a peu prés… 3 % Mon tel déconne, j’avais un doute, maintenant je sais. Un sms arrivé pendant la non charge me prévient « On attend pour Red Fang sous la Valley »

Zone V.I.P

Je rejoint la chaleur du fest. Oui, j’essaierais au mieux de faire croire que le coin VIP est climatisé alors que c’est faux mais c’est pour faire rager les gens qui n’y ont pas accés. Qu’est ce qu’il fait chaud ce soir… et le son de Devin Townsend Project arrive jusque là… Le son est vraiment fort en cette première journée, ou je vieillis beaucoup plus vite que je ne le pense. Aucun des deux choix n’est satisfaisant. Je rejoins le côté droit, pardon, pardon, excusez moi. Je me place derrière les photographes en place et j’attends. Je me rappelle la dernière visite de Red Fang il y a deux ans. C’était sur la Main Stage en pleine aprés midi et j’avais pas du tout aimé. Il y a clairement des groupes qui ne sont pas fait pour des Main Stages, c’est pas une question de qualité ou talent c’est… Comme ça.

Red Fang / Valley

Et le concert d’aujourd’hui ne fera que confirmé ce que je pense, malgré un son trop fort et assez inaudible selon le placement dans sous la tente, le groupe s’est donné à fond devant un public hyper réceptif et malgré une petite absence du bassiste partit, changé sa corde, il n’y aura pas de temps mort pendant ce concert… J’ai pris beaucoup de photo pendant le temps impartit (1 chanson) et je suis retourné dans le public pour profiter du reste du set. Je les ai trouvés en grande forme. 

Red Fang / Valley

Je regarde ma montre, déjà l’heure d’aller rejoindre la Warzone, ça tombe bien ça faisait un moment. Il y a comme une ambiance de western qui se dessine… Le soleil est sur la pente descendante mais à déjà fait son office, la poussière est présente tout comme le public, prêt à en découvre avec Tagada Jones revenu fraichement des amériques… Il n’y a qu’à voir le batteur faire ses échauffements, le groupe est impatients, le public aussi et je dois bien l’avouer moi aussi. Derrière mes copains photographes j’attends le feu vert, tandis que l’un de mes frères d’armes me demande si j’ai shooté des poitrines nues… Je lui réponds que non, il me dit c’est dommage et m’explique comme c’est bien pour les photos d’ambiance. Je suis assez partagé. Quand au même moment surgit une demoiselle topless. La mode de cette année vu le nombre croisé sur les trois jours, mon collègue lui demande si c’est possible de la prendre en photo. Elle répond: « non », puis voit son pass photo, lui demande s’il est photographe sur le festival, il acquiesce, elle dit: « d’accord », pose avec son copain, il shoot, la remercie, elle part. Je suis… surpris. Sa réaction, est étrange. Comme je glisse à mon ami – grand reporter d’investigation -. Il a une accred, c’est le pass qui prouve que tu n’es pas un pervers mais juste un photographe. Sans ça, elle n’aurait pas posé pour lui mais là c’est bon, elle est d’accord, contente, lui aussi. On vit vraiment une époque formidable. 

Warzone pendant Tagada Jones

Le concert commence, le public enchaine les slams, pogo n’arrivant pas à se décider entre la peste et le choléra… Les vigiles me repoussent même vers la scène pour éviter tout ses slammeurs. Le show n’est pas que sur la scène le public s’embrasse littéralement et beaucoup de photo de ce concert seront orienté côté public. Super concert de Tagada Jones, qui s’achève pile poil avec l’heure de l’apéro. On décide de zapper Baroness, et d’aller se poser un peu à notre QG, quelques caouhetes plus tard, je repars pour essayer d’aller jeter un oeil à Deep Purple. Je sais que le groupe a vieillit, que ce n’est plus le groupe d’entends mais historiquement je dois les voir, au moins une fois. Juste pour dire j’ai vu Deep Purple. Quand je tombe sur les gars d’Headcharger et Romain (bassiste de son état) qui me propose de boire une bière. Vous savez comme je suis un garçon poli… Et nous voila a boire des bières dans le Coin Vip qui est vraiment très classe esthétiquement parlant et comme c’est mon premier passage en ces lieux, vu que je n’ai aucun point de comparaison avec l’ancien, du coup je trouve celui ci beaucoup mieux. Je passe un super moment, je ne m’ennuie pas du tout mais j’ai raté Deep Purple, c’est Seb (chanteur de Headcharger) qui me dit que ça joue encore très bien pour leurs âges. Je le crois sur parole et quitte mes nouveaux amis pour aller voir Rancid.

Zone V.I.P

J’entends Sabaton au loin, je vois un char sur la scène en guise de batterie… C’est dommage, je suis vraiment trop loin des Main Stages et je n’ai pas le temps, si je veux avoir une chance d’aller shooter en Warzone. Il y a déjà du monde qui attend. J’attends mon tour. Le groupe commence son set et la première vague de photographe part au combat. Je patiente encore et au moment de passer, on nous explique que c’est tout… Plus de photographe… Les boules, clairement, je suis dégouté. Et le monde n’a même pas pris le temps de marquer le coup en faisant une « pause » pour reconnaitre cette injustice flagrante.

Entrée / Warzone

Du coup j’ai été profité du concert un peu plus loin avec des amis. Les gars sont encore très en forme eux aussi. Sauf peut être le chanteur légèrement fatigué…. par l’heure tardive ou alors il a déjà attaqué l’apéro de fin de journée, bref le concert est vraiment sympa et j’en oublierais presque qu’il y a Rob Zombie LIght Show qui va commencer. J’avais vu plutôt dans la journée que les photos étaient sur liste donc j’ai pas essayé (même s’il parait que l’info a changé dans la journée, mais l’info n’est pas arrivé jusqu’à moi) du coup j’ai regardé le concert d’un peu loin et il fera parti des concerts que j’aurais aimé voir en étant un peu mieux placé.

Kindgom of Muscadet

On arrive à la partie délicate de la soirée, un parallèle monstrueux entre In Flames, Alestorm, The Damned. Il faut trancher, Alestorm l’emporte dans ma liste des plus et moins, et puis on a tous un pirate qui sommeil au fond de nous, en tout cas vu le monde c’est ce que je me suis dit. La lumière est un peu infâme sur le titre ou je tente de prendre des photos, mon gros ratage de la journée. Je préfère dire que c’est la faute des lumières plutôt que de la mienne… Mais j’ai mal géré c’est sur.

Alestorm / Temple

Malgré la foule de moussaillons présent ce soir (l’équivalent d’une deuxième Temple à l’extérieur m’oblige à faire un détour pour rejoindre le côté opposé de la tente, est finir de regarder le concert) C’est la fête, des gens qui chantent, des slams, des gens assit qui pagaient… Je retrouve, chose improbable, mes amis festivaliers sur le côté et on termine ensemble dans la bonne humeur générale. Je ne vous cache pas que la fatigue commence un peu à se faire sentir mais c’était une très bonne première journée, en espérant juste que le problème de son soit réglé demain et ça sera parfait… En attendant, je rejoins la tente ou peut être un apéro du dodo nous attend.

Alestorm vue d’Altar

Les concerts + de la journée : 

  • Avatar 
  • Tyr
  • Red Fang
  • Tagada Jones
  • Alestorm

Les concerts raté ou que j’aurais aimé voir

  • Betraying the martyrs
  • Textures
  • Deep Purple
  • Rob Zombie
  • In flames
  • Behemoth
3 ans ago

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *